Mon espérance

Je l’avais entendu un soir parler de la mort de ma mère à mon père…

mon esperance

A partir de la naissance, chaque visage est façonné par toute une vie de désirs refoulés, de tourments cachés, de mensonges entretenus, de cris contenus, de sanglots ravalés, de chagrins niés, d’orgueil blessé, de serments reniés, de vengeances caressées, de colères rentrées, de hontes bues, de fous rires réprimés, de monologues interrompus, de confidences trahies, de plaisirs trop vite survenus, d’extases trop vite évanouies. Chaque ride en porte la marque aussi sûrement que les anneaux d’un arbre. C’est tout cela que le visage révèle de la personne, à son insu, malgré l’effort surhumain qu’elle déploie quotidiennement pour le cacher.

François Cheng

 

 

mon esperance1

 

2 réflexions sur “Je l’avais entendu un soir parler de la mort de ma mère à mon père…

  1. Et aussi de … désirs accomplis, de tourments exposés, de mensonges avoués, de cris poussés, de sanglots assumés, de chagrins consolés, d’orgueils légitimes, de serments tenus, de vengeances oubliées, de colères libératrices, de hontes dominées, de fous rires collectifs, de monologues accueillis, de confidences recueillies, de plaisirs intenses, d’extases inoubliables…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s